Lire le Coran Hizb N°17

الحزب ١٧
Hizb n°17

De {S.7V.88} à {S.7V.170}

7. al-A'raf ; 88 Les notables de son peuple qui s'enflaient d'orgueil, dirent : « Nous t'expulserons certes de notre cité, Ô Shou'ayb, toi et ceux qui ont cru avec toi. Ou que vous reveniez à notre religion. » - Il dit : « Est-ce même quand cela nous répugne ? »
7. al-A'raf ; 89 Certes, nous aurions forgé un mensonge contre Allah si nous revenions à votre religion après qu'Allah nous en a sauvés. Il ne nous appartient pas d'y retourner à moins qu'Allah notre Seigneur ne le veuille. Notre Seigneur embrasse toute chose de Sa science. C'est en Allah que nous plaçons notre confiance. Ô notre Seigneur, tranche par la vérité, entre nous et notre peuple car Tu es le meilleur des juges. »
7. al-A'raf ; 90 Et les notables de son peuple qui ne croyaient pas, dirent : « Si vous suivez Shou'ayb, vous serez assurément perdants. »
7. al-A'raf ; 91 Alors le tremblement (de terre) les saisit ; et les voilà étendus, gisant dans leurs demeures.
7. al-A'raf ; 92 Ceux qui traitaient Shou'ayb de menteur (disparurent) comme s'ils n'y avaient jamais vécu. Ceux qui traitaient Shou'ayb de menteur furent eux les perdants.
7. al-A'raf ; 93 Il se détourna d'eux et dit : « Ô mon peuple, je vous ai bien communiqué les messages de mon Seigneur et donné des conseils. Comment donc m'attristerais-je sur des gens mécréants ? »
7. al-A'raf ; 94 Nous n'avons envoyé aucun prophète dans une cité, sans que Nous n'ayons pris ses habitants ensuite par l'adversité et la détresse afin qu'ils implorent (le pardon).
7. al-A'raf ; 95 Puis Nous avons changé leur mauvaise condition en y substituant le bien, au point qu'ayant grandi en nombre et en richesse, ils dirent : « La détresse et l'aisance ont touché nos ancêtres aussi. » Eh bien, Nous les avons saisis soudain, sans qu'ils s'en rendent compte.
7. al-A'raf ; 96 Si les habitants des cités avaient cru et avaient été pieux, Nous leur aurions certainement accordé des bénédictions du ciel et de la terre. Mais ils ont démenti et Nous les avons donc saisis, pour ce qu'ils avaient acquis.
7. al-A'raf ; 97 Les gens des cités sont-ils sûrs que Notre châtiment rigoureux ne les atteindra pas la nuit, pendant qu'ils sont endormis ?
7. al-A'raf ; 98 Les gens des cités sont-ils sûrs que Notre châtiment rigoureux ne les atteindra pas le jour, pendant qu'ils s'amusent ?
7. al-A'raf ; 99 Sont-ils à l'abri du stratagème d'Allah ? Seuls les gens perdus se sentent à l'abri du stratagème d'Allah.
7. al-A'raf ; 100 N'est-il pas prouvé à ceux qui reçoivent la terre en héritage des peuples précédents que, si Nous voulions, Nous les frapperions pour leurs péchés et scellerions leurs cœurs, et ils n'entendraient plus rien ?
7. al-A'raf ; 101 Voilà les cités dont Nous te racontons certaines de leurs nouvelles. (A ceux-là,) en vérité, leurs messagers leur avaient apporté les preuves, mais ils n'étaient pas prêts à accepter ce qu'auparavant ils avaient traité de mensonge. C'est ainsi qu'Allah scelle les cœurs des mécréants.
7. al-A'raf ; 102 Et Nous n'avons trouvé chez la plupart d'entre eux aucun respect de l'engagement ; mais Nous avons trouvé la plupart d'entre eux pervers.
7. al-A'raf ; 103 Puis, après (ces messagers,) Nous avons envoyé Moussa (Moïse) avec Nos miracles vers Fir'awn (Pharaon) et ses notables. Mais ils se montrèrent injustes envers Nos signes. Considère donc quelle fut la fin des corrupteurs.
7. al-A'raf ; 104 Et Moussa (Moïse) dit : « Ô Fir'awn (Pharaon), je suis un Messager de la part du Seigneur de l'Univers,
7. al-A'raf ; 105 je ne dois dire sur Allah que la vérité. Je suis venu à vous avec une preuve de la part de votre Seigneur. Laisse donc partir avec moi les enfants d'Israʾil (Israël). »
7. al-A'raf ; 106 « Si tu es venu avec un miracle, (dit Pharaon) apporte-le donc, si tu es du nombre des véridiques. »
7. al-A'raf ; 107 Il jeta son bâton et voilà que c'était un serpent évident.
7. al-A'raf ; 108 Et il sortit sa main et voilà qu'elle était blanche (éclatante), pour ceux qui regardaient.
7. al-A'raf ; 109 Les notables du peuple de Fir'awn (Pharaon) dirent : « Voilà, certes, un magicien chevronné.
7. al-A'raf ; 110 Il veut vous expulser de votre pays. » « Alors, que commandez-vous ? »
7. al-A'raf ; 111 Ils dirent : « Fais-le attendre, lui et son frère, et envoie des rassembleurs dans les villes,
7. al-A'raf ; 112 qui t'amèneront tout magicien averti.
7. al-A'raf ; 113 Et les magiciens vinrent à Fir'awn (Pharaon) en disant : « Y aura-t-il vraiment une récompense pour nous, si nous sommes les vainqueurs ? »
7. al-A'raf ; 114 Il dit : « Oui, et vous serez certainement du nombre de mes rapprochés. »
7. al-A'raf ; 115 Ils dirent : « Ô Moussa (Moïse), ou bien tu jetteras (le premier), ou bien nous serons les premiers à jeter. »
7. al-A'raf ; 116 « Jetez » dit-il. Puis lorsqu'ils eurent jeté, ils ensorcelèrent les yeux des gens et les épouvantèrent, et vinrent avec une puissante magie.
7. al-A'raf ; 117 Et Nous révélâmes à Moussa (Moïse) : « Jette ton bâton. » Et voilà que celui-ci se mit à engloutir ce qu'ils avaient fabriqué.
7. al-A'raf ; 118 Ainsi la vérité se manifesta et ce qu'ils firent fût vain.
7. al-A'raf ; 119 Ainsi ils furent battus et se trouvèrent humiliés.
7. al-A'raf ; 120 Et les magiciens se jetèrent prosternés.
7. al-A'raf ; 121 Ils dirent : « Nous croyons au Seigneur de l'Univers,
7. al-A'raf ; 122 au Seigneur de Moussa (Moïse) et de Haroun (Aaron). »
7. al-A'raf ; 123 « Y avez-vous cru avant que je ne vous (le) permette ? dit Fir'awn (Pharaon). C'est bien un stratagème que vous avez manigancé dans la ville, afin d'en faire partir ses habitants. Vous saurez bientôt...
7. al-A'raf ; 124 Je vais vous couper la main et la jambe opposées, et puis, je vous crucifierai tous. »
7. al-A'raf ; 125 Ils dirent : « En vérité, c'est vers notre Seigneur que nous retournerons.
7. al-A'raf ; 126 Tu ne te venges de nous que parce que nous avons cru aux preuves de notre Seigneur, lorsqu'elles nous sont venues. Ô notre Seigneur ! Déverse sur nous l'endurance et fais nous mourir entièrement soumis. »
7. al-A'raf ; 127 Et les notables du peuple de Fir'awn (Pharaon) dirent : « Laisseras-tu Moussa (Moïse) et son peuple commettre du désordre sur la terre, et lui-même te délaisser, toi et tes divinités ? » Il dit : « Nous allons massacrer leurs fils et laisser vivre leurs femmes. Nous aurons le dessus sur eux et les dominerons. »
7. al-A'raf ; 128 Moussa (Moïse) dit à son peuple : « Demandez aide auprès d'Allah et soyez patients, car la terre appartient à Allah. Il en fait héritier qui Il veut parmi Ses serviteurs. Et la fin (heureuse) sera aux pieux. »
7. al-A'raf ; 129 Ils dirent : « Nous avons été persécutés avant que tu ne viennes à nous, et après ton arrivée. » Il dit : « Il se peut que votre Seigneur détruise votre ennemi et vous donne la lieutenance sur terre, et Il verra ensuite comment vous agirez. »
7. al-A'raf ; 130 Nous avons éprouvé les gens de Fir'awn (Pharaon) par des années de disette et par une diminution des fruits afin qu'ils se rappellent.
7. al-A'raf ; 131 Et quand le bien-être leur vint, ils dirent : « Cela nous est dû » et si un mal les atteignait, ils voyaient en Moussa (Moïse) et ceux qui étaient avec lui un mauvais augure. En vérité leur sort dépend uniquement d'Allah ? Mais la plupart d'entre eux ne savent pas.
7. al-A'raf ; 132 Et ils dirent : « Quel que soit le miracle que tu nous apportes pour nous fasciner, nous ne croirons pas en toi. »
7. al-A'raf ; 133 Et Nous avons alors envoyé sur eux l'inondation, les sauterelles, les poux (ou la calandre), les grenouilles et le sang, comme signes explicites. Mais ils s'enflèrent d'orgueil et demeurèrent un peuple criminel.
7. al-A'raf ; 134 Et quand le châtiment les frappa, ils dirent : « Ô Moussa (Moïse), invoque pour nous ton Seigneur en vertu de l'engagement qu'Il t'a donné. Si tu éloignes de nous le châtiment, nous croirons certes en toi et laisserons partir avec toi les enfants d'Israʾil (Israël). »
7. al-A'raf ; 135 Et quand Nous eûmes éloigné d'eux le châtiment jusqu'au terme fixé qu'ils devaient atteindre, voilà qu'ils violèrent l'engagement.
7. al-A'raf ; 136 Alors Nous Nous sommes vengés d'eux ; Nous les avons noyés dans les flots, parce qu'ils traitaient de mensonges Nos signes et n'y prêtaient aucune attention.
7. al-A'raf ; 137 Et les gens qui étaient opprimés, Nous les avons fait hériter les contrées orientales et occidentales de la terre que Nous avons bénies. Et la très belle promesse de ton Seigneur sur les enfants d'Israʾil (Israël) s'accomplit pour prix de leur endurance. Et Nous avons détruit ce que faisaient Fir'awn (Pharaon) et son peuple, ainsi que ce qu'ils construisaient.
7. al-A'raf ; 138 Et Nous avons fait traverser la Mer aux enfants d'Israʾil (Israël). Ils passèrent auprès d'un peuple attaché à ses idoles et dirent : « Ô Moussa (Moïse), désigne-nous une divinité semblable à leurs dieux. » Il dit : « Vous êtes certes des gens ignorants.
7. al-A'raf ; 139 Le culte, auquel ceux-là s'adonnent, est caduc ; et tout ce qu'ils font est nul et sans valeur. »
7. al-A'raf ; 140 Il dit : « Chercherai-je pour vous une autre divinité qu'Allah, alors que c'est Lui qui vous a préférés à toutes les créatures (de leur époque) ? »
7. al-A'raf ; 141 (Rappelez-vous) le moment où Nous vous sauvâmes des gens de Fir'awn (Pharaon) qui vous infligeaient le pire châtiment. Ils massacraient vos fils et laissaient vivre vos femmes. C'était là une terrible épreuve de la part de votre Seigneur.
7. al-A'raf ; 142 Et Nous donnâmes à Moussa (Moïse) rendez-vous pendant trente nuits, et Nous les complétâmes par dix, de sorte que le temps fixé par son Seigneur se termina au bout de quarante nuits. Et Moussa (Moïse) dit à Haroun (Aaron) son frère : « Remplace-moi auprès de mon peuple, et agis en bien, et ne suis pas le sentier des corrupteurs. »
7. al-A'raf ; 143 Et lorsque Moussa (Moïse) vint à Notre rendez-vous et que son Seigneur lui eut parlé, il dit : « Ô mon Seigneur, montre Toi à moi pour que je Te voie ! » Il dit : « Tu ne Me verras pas ; mais regarde le Mont : s'il tient en sa place, alors tu Me verras. » Mais lorsque son Seigneur Se manifesta au Mont, Il le pulvérisa, et Moussa (Moïse) s'effondra foudroyé. Lorsqu'il se fut remis, il dit : « Gloire à Toi ! A Toi je me repens ; et je suis le premier des croyants. »
7. al-A'raf ; 144 Et (Allah) dit : « Ô Moussa (Moïse), Je t'ai préféré à tous les hommes, par Mes messages et par Ma parole. Prends donc ce que Je te donne, et sois du nombre des reconnaissants. »
7. al-A'raf ; 145 Et Nous écrivîmes pour lui, sur les tablettes, une exhortation concernant toute chose, et un exposé détaillé de toute chose. : « Prends-les donc fermement et commande à ton peuple d'en adopter le meilleur. Bientôt Je vous ferai voir la demeure des pervers.
7. al-A'raf ; 146 J'écarterai de Mes signes ceux qui, sans raison, s'enflent d'orgueil sur terre. Même s'ils voyaient tous les miracles, ils n'y croiraient pas. Et s'ils voient le bon sentier, ils ne le prennent pas comme sentier. Mais s'ils voient le sentier de l'erreur, ils le prennent comme sentier. C'est qu'en vérité ils traitent de mensonges Nos preuves et ils ne leur accordaient aucune attention.
7. al-A'raf ; 147 Et ceux qui traitent de mensonges Nos preuves ainsi que la rencontre de l'au-delà, leurs œuvres sont vaines. Seraient-ils rétribués autrement que selon leurs œuvres ? »
7. al-A'raf ; 148 Et le peuple de Moussa (Moïse) adopta après lui un veau, fait de leurs parures : un corps qui semblait mugir. N'ont-ils pas vu qu'il ne leur parlait point et qu'il ne les guidait sur aucun chemin ? Ils l'adoptèrent (comme divinité), et ils étaient des injustes.
7. al-A'raf ; 149 Et quand ils éprouvèrent des regrets, et qu'ils virent qu'ils étaient bel et bien égarés, ils dirent : « Si notre Seigneur ne nous fait pas miséricorde et ne nous pardonne pas, nous serons très certainement du nombre des perdants. »
7. al-A'raf ; 150 Et lorsque Moussa (Moïse) retourna à son peuple, fâché, attristé, il dit : « Vous avez très mal agi pendant mon absence ! Avez-vous voulu hâter le commandement de votre Seigneur ? » Il jeta les tablettes et prit la tête de son frère, en la tirant à lui : « Ô fils de ma mère, dit (Haroun (Aaron)), le peuple m'a traité en faible, et peu s'en est fallu qu'ils ne me tuent. Ne fais donc pas que les ennemis se réjouissent à mes dépens, et ne m'assigne pas la compagnie des gens injustes. »
7. al-A'raf ; 151 Et (Moussa (Moïse)) dit : « Ô mon Seigneur, pardonne à moi et à mon frère et fais-nous entrer en Ta miséricorde, car Tu es Le plus Miséricordieux des miséricordieux. »
7. al-A'raf ; 152 Ceux qui prenaient le veau (comme divinité), bientôt tombera sur eux de la part de leur Seigneur, une colère, et un avilissement dans la vie présente. Ainsi, Nous rétribuons les inventeurs (d'idoles).
7. al-A'raf ; 153 Ceux qui ont fait de mauvaises actions et qui ensuite se sont repentis et ont cru ... ton Seigneur, après cela est sûrement Pardonneur et Miséricordieux.
7. al-A'raf ; 154 Et quand la colère de Moussa (Moïse) se fut calmée, il prit les tablettes. Il y avait dans leur texte guide et miséricorde à l'intention de ceux qui craignent leur Seigneur.
7. al-A'raf ; 155 Et Moussa (Moïse) choisit de son peuple soixante-dix hommes pour un rendez-vous avec Nous. Puis lorsqu'ils furent saisis par le tremblement (de terre), il dit : « Mon Seigneur, si Tu avais voulu, Tu les aurais détruits avant, et moi avec. Vas-Tu nous détruire pour ce que des sots d'entre nous ont fait ? Ce n'est là qu'une épreuve de Toi, par laquelle Tu égares qui Tu veux, et guides qui Tu veux. Tu es notre Maître. Pardonne-nous et fais-nous miséricorde, car Tu es le Meilleur des pardonneurs.
7. al-A'raf ; 156 Et prescris pour nous le bien ici-bas ainsi que dans l'au-delà. Nous voilà revenus vers Toi, repentis. » Et (Allah) dit : « Je ferai que Mon châtiment atteigne qui Je veux. Et Ma miséricorde embrasse toute chose. Je la prescrirai à ceux qui (Me) craignent, acquittent la Zakat, et ont foi en Nos signes,
7. al-A'raf ; 157 Ceux qui suivent le Messager, le Prophète illettré qu'ils trouvent écrit (mentionné) chez eux dans la Thora et l'Évangile. Il leur ordonne le convenable, leur défend le blâmable, leur rend licites les bonnes choses, leur interdit les mauvaises, et leur ôte le fardeau et les jougs qui étaient sur eux. Ceux qui croiront en lui, le soutiendront, lui porteront secours et suivront la lumière descendue avec lui ; ceux-là seront les gagnants.
7. al-A'raf ; 158 Dis : « Ô hommes ! Je suis pour vous tous le Messager d'Allah, à Qui appartient la royauté des cieux et de la terre. Pas de divinité à part Lui. Il donne la vie et Il donne la mort. Croyez donc en Allah, en Son messager, le Prophète illettré qui croit en Allah et en Ses paroles. Et suivez-le afin que vous soyez bien guidés. »
7. al-A'raf ; 159 Parmi le peuple de Moussa (Moïse), il est une communauté qui guide (les autres) avec la vérité, et qui, par là, exerce la justice.
7. al-A'raf ; 160 Nous les répartîmes en douze tribus, (en douze) communautés. Et Nous révélâmes à Moussa (Moïse), lorsque son peuple lui demanda de l'eau : « Frappe le rocher avec ton bâton. » Et voilà qu'en jaillirent douze sources. Chaque tribu sut son abreuvoir. Nous les couvrîmes de l'ombre du nuage, et fîmes descendre sur eux la manne et les cailles : « Mangez des bonnes choses que Nous vous avons attribuées. » Et ce n'est pas à Nous qu'ils ont fait du tort, mais c'est à eux-mêmes qu'ils en faisaient.
7. al-A'raf ; 161 Et lorsqu'il leur fut dit : « Habitez cette cité et mangez (de ses produits) à votre guise, mais dites : rémission (à nos péchés) et entrez par la porte en vous prosternant. Nous vous pardonnerons vos fautes ; et aux bienfaisants (d'entre vous,) Nous accorderons davantage. »
7. al-A'raf ; 162 Puis, les injustes parmi eux changèrent en une autre, la parole qui leur était dite. Alors, Nous envoyâmes du ciel un châtiment sur eux, pour le méfait qu'ils avaient commis.
7. al-A'raf ; 163 Et interroge-les au sujet de la cité qui donnait sur la mer, lorsqu'on y transgressait le Sabbat ! Que leurs poissons venaient à eux faisant surface, au jour de leur Sabbat, et ne venaient pas à eux le jour où ce n'était pas Sabbat ! Ainsi les éprouvions-Nous pour la perversité qu'ils commettaient.
7. al-A'raf ; 164 Et quand parmi eux une communauté dit : « Pourquoi exhortez-vous un peuple qu'Allah va anéantir ou châtier d'un châtiment sévère ? » Ils répondirent : « Pour dégager notre responsabilité vis-à-vis de votre Seigneur ; et que peut-être ils deviendront pieux ! »
7. al-A'raf ; 165 Puis, lorsqu'ils oublièrent ce qu'on leur avait rappelé, Nous sauvâmes ceux qui (leur) avaient interdit le mal et saisîmes par un châtiment rigoureux les injustes pour leurs actes pervers.
7. al-A'raf ; 166 Puis, lorsqu'ils refusèrent (par orgueil) d'abandonner ce qui leur avait été interdit, Nous leur dîmes : « Soyez des singes abjects. »
7. al-A'raf ; 167 Et lorsque ton Seigneur annonça qu'Il enverra certes contre eux quelqu'un qui leur imposera le pire châtiment jusqu'au Jour de la Résurrection. En vérité ton Seigneur est prompt à punir mais Il est aussi Pardonneur et Miséricordieux.
7. al-A'raf ; 168 Et Nous les avons répartis en communautés sur la terre. Il y a parmi eux des gens de bien, mais il y en a qui le sont moins. Nous les avons éprouvés par des biens et par des maux, peut-être reviendraient-ils (au droit chemin).
7. al-A'raf ; 169 Puis les suivirent des successeurs qui héritèrent le Livre, mais qui préférèrent ce qu'offre la vie d'ici-bas en disant : « Nous aurons le pardon. » Et si des choses semblables s'offrent à eux, ils les acceptent. N'avait-on pas pris d'eux l'engagement du Livre, qu'ils ne diraient sur Allah que la vérité ? Ils avaient pourtant étudié ce qui s'y trouve. Et l'ultime demeure est meilleure pour ceux qui pratiquent la piété, - Ne comprendrez-vous donc pas ? -
7. al-A'raf ; 170 Et ceux qui se conforment au Livre et accomplissent laSalat, (en vérité), Nous ne laissons pas perdre la récompense de ceux qui s'amendent.
0:00
0:00
Accès rapide

Pages de lecture

Pages d'écoute

Accès
rapide