Lire le Coran Hizb N°25

الحزب ٢٥
Hizb n°25

De {S.12V.53} à {S.13V.18}

12. Yusuf ; 53 Je ne m'innocente cependant pas, car l'âme est très incitatrice au mal, à moins que mon Seigneur, par miséricorde, (ne la préserve du péché). Mon Seigneur est certes Pardonneur et très Miséricordieux. »
12. Yusuf ; 54 Et le roi dit : « Amenez-le moi : je me le réserve pour moi-même. » Et lorsqu'il lui eut parlé, il dit : « Tu es dès aujourd'hui près de nous, en une position d'autorité et de confiance. »
12. Yusuf ; 55 Et (Youssouf (Joseph)) dit : « Assigne-moi les dépôts du territoire : je suis bon gardien et connaisseur. »
12. Yusuf ; 56 Ainsi avons-nous affermi (l'autorité de) Youssouf (Joseph) dans ce territoire et il s'y installait là où il le voulait. Nous touchons de Notre miséricorde qui Nous voulons et ne faisons pas perdre aux hommes de bien le mérite (de leurs œuvres).
12. Yusuf ; 57 Et la récompense de l'au-delà est meilleure pour ceux qui ont cru et ont pratiqué la piété.
12. Yusuf ; 58 Et les frères de Youssouf (Joseph) vinrent et entrèrent auprès de lui. Il les reconnut, mais eux ne le reconnurent pas.
12. Yusuf ; 59 Et quand il leur eut fourni leur provision, il dit : « Amenez-moi un frère que vous avez de votre père. Ne voyez-vous pas que je donne la pleine mesure et que je suis le meilleur des hôtes ?
12. Yusuf ; 60 Et si vous ne me l'amenez pas, alors il n'y aura plus de provision pour vous, chez moi ; et vous ne m'approcherez plus. »
12. Yusuf ; 61 Ils dirent : « Nous essayerons de persuader son père. Certes, nous le ferons. »
12. Yusuf ; 62 Et il dit à ses serviteurs : « Remettez leurs marchandises dans leurs sacs : peut-être les reconnaîtront-ils quand ils seront de retour vers leur famille et peut-être qu'ils reviendront ».
12. Yusuf ; 63 Et lorsqu'ils revinrent à leur père, ils dirent : « Ô notre père, il nous sera refusé (à l'avenir) de nous ravitailler (en grain). Envoie donc avec nous notre frère, afin que nous obtenions des provisions. Nous le surveillerons bien. »
12. Yusuf ; 64 Il dit : « Vais-je vous le confier comme, auparavant, je vous ai confié son frère ? Mais Allah est le meilleur gardien, et Il est Le plus Miséricordieux des miséricordieux ! »
12. Yusuf ; 65 Et lorsqu'ils ouvrirent leurs bagages, ils trouvèrent qu'on leur avait rendu leurs marchandises. Ils dirent : « Ô notre père. Que désirons-nous (de plus) ? Voici que nos marchandises nous ont été rendues. Et ainsi nous approvisionnerons notre famille, nous veillerons à la sécurité de notre frère et nous nous ajouterons la charge d'un chameau et c'est une charge facile. »
12. Yusuf ; 66 - Il dit : « Jamais je ne l'enverrai avec vous, jusqu'à ce que vous m'apportiez l'engagement formel au nom d'Allah que vous me le ramènerez à moins que vous ne soyez cernés. » Lorsqu'ils lui eurent apporté l'engagement, il dit : « Allah est garant de ce que nous disons. »
12. Yusuf ; 67 Et il dit : « Ô mes fils, n'entrez pas par une seule porte, mais entrez par portes séparées. Je ne peux cependant vous être d'aucune utilité contre les desseins d'Allah. La décision n'appartient qu'à Allah : en Lui je place ma confiance. Et que ceux qui placent leur confiance la placent en Lui. »
12. Yusuf ; 68 Etant entrés comme leur père le leur avait commandé (cela) ne leur servit à rien contre (les décrets d') Allah. Ce n'était (au reste) qu'une précaution que Ya'qoub (Jacob) avait jugé (de leur recommander). Il avait pleine connaissance de ce que Nous lui avions enseigné. Mais la plupart des gens ne savent pas.
12. Yusuf ; 69 Et quand ils furent entrés auprès de Youssouf (Joseph), (celui-ci) retint son frère auprès de lui en disant : « Je suis ton frère. Ne te chagrine donc pas pour ce qu'ils faisaient. »
12. Yusuf ; 70 Puis, quand il leur eut fourni leurs provisions, il mit la coupe dans le sac de son frère. Ensuite un crieur annonça : « Caravaniers ! Vous êtes des voleurs. »
12. Yusuf ; 71 Ils se retournèrent en disant : « Qu'avez-vous perdu ? »
12. Yusuf ; 72 Ils répondirent : « Nous cherchons la grande coupe du roi. La charge d'un chameau à qui l'apportera et j'en suis garant. »
12. Yusuf ; 73 « Par Allah, dirent-ils, vous savez certes que nous ne sommes pas venus pour semer la corruption sur le territoire et que nous ne sommes pas des voleurs. »
12. Yusuf ; 74 - Quelle sera donc la sanction si vous êtes des menteurs ? (dirent-ils).
12. Yusuf ; 75 Ils dirent : « La sanction infligée à celui dont les bagages de qui la coupe sera retrouvée est : (qu'il soit livré) lui-même (à titre d'esclave à la victime du vol). C'est ainsi que nous punissons les malfaiteurs. »
12. Yusuf ; 76 (Youssouf (Joseph)) commença par les sacs des autres avant celui de son frère ; puis il la fit sortir du sac de son frère. Ainsi suggérâmes-Nous cet artifice à Youssouf (Joseph). Car il ne pouvait pas se saisir de son frère, selon la justice du roi, à moins qu'Allah ne l'eût voulu. Nous élevons en rang qui Nous voulons. Et au-dessus de tout homme détenant la science il y a un savant (plus docte que lui).
12. Yusuf ; 77 Ils dirent : « S'il a commis un vol, un frère à lui auparavant a volé aussi. » Mais Youssouf (Joseph) tint sa pensée secrète, et ne la leur dévoila pas. Il dit (en lui même) : « Votre position est bien pire encore ! Et Allah connaît mieux ce que vous décrivez. »
12. Yusuf ; 78 - Ils dirent. : « Ô Al-'Azize, il a un père très vieux ; saisis-toi donc de l'un de nous, à sa place. Nous voyons que tu es vraiment du nombre des gens bienfaisants. »
12. Yusuf ; 79 - Il dit : « Qu'Allah nous garde de prendre un autre que celui chez qui nous avons trouvé notre bien ! Nous serions alors vraiment injustes. »
12. Yusuf ; 80 Puis, lorsqu'ils eurent perdu tout espoir (de ramener Benyamin) ils se concertèrent en secret. Leur aîné dit : « Ne savez-vous pas que votre père a pris de vous un engagement formel au nom d'Allah, et que déjà vous y avez manqué autrefois à propos de Youssouf (Joseph) ? Je ne quitterai point le territoire, jusqu'à ce que mon père me le permette ou qu'Allah juge en ma faveur, et Il est le meilleur des juges.
12. Yusuf ; 81 Retournez à votre père et dites : « Ô notre père, ton fils a volé. Et nous n'attestons que ce que nous savons. Et nous n'étions nullement au courant de l'inconnu.
12. Yusuf ; 82 Et interroge la ville où nous étions, ainsi que la caravane dans laquelle nous sommes arrivés. Nous disons réellement la vérité. »
12. Yusuf ; 83 Alors (Ya'qoub (Jacob)) dit : Vos âmes plutôt vous ont inspiré (d'entreprendre) quelque chose !.. Oh ! belle patience. Il se peut qu'Allah me les ramènera tous les deux. Car c'est Lui l'Omniscient, le Sage. »
12. Yusuf ; 84 Et il se détourna d'eux et dit : « Que mon chagrin est grand pour Youssouf (Joseph) ! » Et ses yeux blanchirent d'affliction. Et il était accablé.
12. Yusuf ; 85 - Ils dirent : « Par Allah ! Tu ne cesseras pas d'évoquer Youssouf (Joseph), jusqu'à ce que tu t'épuises ou que tu sois parmi les morts. »
12. Yusuf ; 86 - Il dit : « Je ne me plains qu'à Allah de mon déchirement et de mon chagrin. Et, je sais de la part d'Allah, ce que vous ne savez pas.
12. Yusuf ; 87 Ô mes fils ! Partez et enquérez-vous de Youssouf (Joseph) et de son frère. Et ne désespérez pas de la miséricorde d'Allah. Ce sont seulement les gens mécréants qui désespèrent de la miséricorde d'Allah. »
12. Yusuf ; 88 Et lorsqu'ils s'introduisirent auprès de (Youssouf (Joseph),) ils dirent : « Ô al-'Azize, la famine nous a touchés, nous et notre famille ; et nous venons avec une marchandise sans grande valeur. Donne-nous une pleine mesure, et fais-nous la charité. Certes, Allah récompense les charitables ! »
12. Yusuf ; 89 - Il dit : « Savez-vous ce que vous avez fait de Youssouf (Joseph) et de son frère alors que vous étiez ignorants ? (injustes). »
12. Yusuf ; 90 - Ils dirent : « Est-ce que tu es ... Certes, tu es Youssouf (Joseph) ! » - Il dit : « Je suis Youssouf (Joseph), et voici mon frère. Certes, Allah nous a favorisés. Quiconque craint et patiente ... Et très certainement, Allah ne fait pas perdre la récompense des bienfaisants. »
12. Yusuf ; 91 - Ils dirent : « Par Allah ! Vraiment Allah t'a préféré à nous et nous avons été fautifs. »
12. Yusuf ; 92 - Il dit : « Pas de récrimination contre vous aujourd'hui ! Qu'Allah vous pardonne. C'est Lui Le plus Miséricordieux des miséricordieux.
12. Yusuf ; 93 Emportez ma tunique que voici, et appliquez-la sur le visage de mon père : il recouvrera (aussitôt) la vue. Et amenez-moi toute votre famille. »
12. Yusuf ; 94 - Et dès que la caravane franchit la frontière (de Canâan), leur père dit : « Je décèle, certes, l'odeur de Youssouf (Joseph), même si vous dites que je radote. »
12. Yusuf ; 95 Ils Lui dirent : « Par Allah te voilà bien dans ton ancien égarement. »
12. Yusuf ; 96 Puis quand arriva le porteur de bonne annonce, il l'appliqua (la tunique) sur le visage de Ya'qoub (Jacob). Celui-ci recouvra (aussitôt) la vue, et dit : « Ne vous ai-je pas dit que je sais, par Allah, ce que vous ne savez pas ? »
12. Yusuf ; 97 - Ils dirent : « Ô notre père, implore pour nous la rémission de nos péchés. Nous étions vraiment fautifs. »
12. Yusuf ; 98 - Il dit : « J'implorerai pour vous le pardon de mon Seigneur. Car c'est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux. »
12. Yusuf ; 99 Lorsqu'ils s'introduisirent auprès de Youssouf (Joseph), celui-ci accueillit ses père et mère, et leur dit : « Entrez en Egypte, en toute sécurité, si Allah le veut ! »
12. Yusuf ; 100 Et il éleva ses parents sur le trône, et tous tombèrent devant lui, prosternés. Et il dit : « Ô mon père, voilà l'interprétation de mon rêve de jadis. Allah l'a bel et bien réalisé ... Et Il m'a certainement fait du bien quand Il m'a fait sortir de prison et qu'Il vous a fait venir de la campagne, (du désert), après que le Diable ait suscité la discorde entre mes frères et moi. Mon Seigneur est plein de douceur pour ce qu'Il veut. Et c'est Lui l'Omniscient, le Sage.
12. Yusuf ; 101 Ô mon Seigneur, Tu m'as donné du pouvoir et m'as enseigné l'interprétation des rêves. (C'est Toi Le) Créateur des cieux et de la terre, Tu es mon patron, ici-bas et dans l'au-delà. Fais-moi mourir en parfaite soumission et fais moi rejoindre les vertueux.
12. Yusuf ; 102 Ce sont là des récits inconnus que Nous te révélons. Et tu n'étais pas auprès d'eux quand ils se mirent d'accord pour comploter.
12. Yusuf ; 103 Et la plupart des gens ne sont pas croyants malgré ton désir ardent.
12. Yusuf ; 104 Et tu ne leur demandes aucun salaire pour cela. Ce n'est là qu'un rappel adressé à l'univers.
12. Yusuf ; 105 Et dans les cieux et sur la terre, que de signes auprès desquels les gens passent, en s'en détournant !
12. Yusuf ; 106 Et la plupart d'entre eux ne croient en Allah, qu'en lui donnant des associés.
12. Yusuf ; 107 Est-ce qu'ils sont sûrs que le châtiment d'Allah ne viendra pas les couvrir ou que l'Heure ne leur viendra pas soudainement, sans qu'ils s'en rendent compte ?
12. Yusuf ; 108 Dis : « Voici ma voie, j'appelle les gens à (la religion) d'Allah, moi et ceux qui me suivent, nous basant sur une preuve évidente. Gloire à Allah ! Et je ne suis point du nombre des associateurs.
12. Yusuf ; 109 Nous n'avons envoyé avant toi que des hommes originaires des cités, à qui Nous avons fait des révélations. (Ces gens là) n'ont-ils pas parcouru la terre et considéré quelle fut la fin de ceux qui ont vécu avant eux ? La demeure de l'au-delà est assurément meilleure pour ceux qui craignent (Allah). Ne raisonnerez-vous donc pas ?
12. Yusuf ; 110 Quand les messagers faillirent perdre espoir (et que leurs adeptes) eurent pensé qu'ils étaient dupés voilà que vint à eux Notre secours. Et furent sauvés ceux que Nous voulûmes. Mais Notre rigueur ne saurait être détournée des gens criminels.
12. Yusuf ; 111 Dans leurs récits il y a certes une leçon pour les gens doués d'intelligence. Ce n'est point là un récit fabriqué. C'est au contraire la confirmation de ce qui existait déjà avant lui, un exposé détaillé de toute chose, un guide et une miséricorde pour des gens qui croient.

ar-Ra'd (n°13, Le Tonnerre) · الرعد


Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

13. ar-Ra'd ; 1 Alif, Lam, Mim, Ra. Voici les versets du Livre ; et ce qui t'a été révélé par ton Seigneur est la vérité ; mais la plupart des gens ne croient pas.
13. ar-Ra'd ; 2 Allah est Celui qui a élevé (bien haut) les cieux sans piliers visibles. Il S'est établi (istawâ) sur le Trône et a soumis le soleil et la lune, chacun poursuivant sa course vers un terme fixé. Il règle l'Ordre (de tout) et expose en détail les signes afin que vous ayez la certitude de la rencontre de votre Seigneur.
13. ar-Ra'd ; 3 Et c'est Lui qui a étendu la terre et y a placé montagnes et fleuves. Et de chaque espèce de fruits Il y établit deux éléments de couple. Il fait que la nuit couvre le jour. Voilà bien là des preuves pour des gens qui réfléchissent.
13. ar-Ra'd ; 4 Et sur la terre il y a des parcelles voisines les unes des autres, des jardins (plantés) de vignes, et des céréales et des palmiers, en touffes ou espacés, arrosés de la même eau, cependant Nous rendons supérieurs les uns aux autres quant au goût. Voilà bien là des preuves pour des gens qui raisonnent.
13. ar-Ra'd ; 5 Et si tu dois t'étonner, rien de plus étonnant que leurs dires : « Quand nous serons poussière, reviendrons-nous vraiment à une nouvelle création ? » Ceux-là sont ceux qui ne croient pas en leur Seigneur. Et ce sont eux qui auront des jougs à leur cou. Et ce sont eux les gens du Feu, où ils demeureront éternellement.
13. ar-Ra'd ; 6 Et ils te demandent de hâter (la venue) du malheur plutôt que celle du bonheur. Certes, il s'est produit avant eux des châtiments exemplaires. Ton Seigneur est Détenteur du pardon pour les gens, malgré leurs méfaits. Et ton Seigneur est assurément dur en punition.
13. ar-Ra'd ; 7 Et ceux qui ont mécru disent : « Pourquoi n'a-t-on pas fait descendre sur celui-ci (Mouhammad) un miracle venant de son Seigneur ? » Tu n'es qu'un avertisseur, et à chaque peuple un guide.
13. ar-Ra'd ; 8 Allah sait ce que porte chaque femelle, et de combien la période de gestation dans la matrice est écourtée ou prolongée. Et toute chose a auprès de Lui sa mesure.
13. ar-Ra'd ; 9 Le Connaisseur de ce qui est caché et de ce qui est apparent, Le Grand, Le Sublime.
13. ar-Ra'd ; 10 Sont égaux pour lui, celui parmi vous qui tient secrète sa parole, et celui qui la divulgue, celui qui se cache la nuit comme celui qui se montre au grand jour.
13. ar-Ra'd ; 11 Il (l'homme) a par devant lui et derrière lui des Anges qui se relaient et qui veillent sur lui par ordre d'Allah. En vérité, Allah ne modifie point l'état d'un peuple, tant que les (individus qui le composent) ne modifient pas ce qui est en eux-mêmes. Et lorsqu'Allah veut (infliger) un mal à un peuple, nul ne peut le repousser : ils n'ont en dehors de Lui aucun protecteur.
13. ar-Ra'd ; 12 C'est lui qui vous fait voir l'éclair (qui vous inspire) crainte et espoir ; et Il crée les nuages lourds.
13. ar-Ra'd ; 13 Le tonnerre Le glorifie par Sa louange, et aussi les Anges, sous l'effet de Sa crainte. Et Il lance les foudres dont Il atteint qui Il veut. Or ils disputent au sujet d'Allah alors qu'Il est redoutable en Sa force.
13. ar-Ra'd ; 14 À Lui l'appel de la Vérité ! Ceux qu'ils invoquent en dehors de Lui ne leur répondent d'aucune façon ; semblables à celui qui étend ses deux mains vers l'eau pour la porter à sa bouche, mais qui ne parvient jamais à l'atteindre. L'invocation des mécréants n'est que vanité.
13. ar-Ra'd ; 15 Et c'est à Allah que se prosternent, bon gré mal gré, tous ceux qui sont dans les cieux et sur la terre, ainsi que leurs ombres, au début et à la fin de la journée.
13. ar-Ra'd ; 16 Dis : « Qui est le Seigneur des cieux et de la terre ? » Dis : « Allah. » Dis : « Et prendrez-vous en dehors de Lui, des maîtres qui ne détiennent pour eux-mêmes ni bien ni mal ? » Dis : « Sont-ils égaux, l'aveugle et celui qui voit ? Ou sont-elles égales, les ténèbres et la lumière ? Ou donnent-ils à Allah des associés qui créent comme Sa création au point que les deux créations se soient confondues à eux ? Dis : « Allah est le Créateur de toute chose, et c'est Lui l'Unique, le Dominateur suprême. »
13. ar-Ra'd ; 17 Il a fait descendre une eau du ciel à laquelle des vallées servent de lit, selon leur grandeur. Le flot débordé a charrié une écume flottante ; et semblable à celle-ci est (l') écume provenant de ce qu'on porte à fusion, dans le feu pour (fabriquer) des bijoux et des ustensiles. Ainsi Allah représente en parabole la Vérité et le Faux : l'écume (du torrent et du métal fondu) s'en va, au rebut, tandis que (l'eau et les objets) utiles aux Hommes demeurent sur la terre. Ainsi Allah propose des paraboles.
13. ar-Ra'd ; 18 La meilleure (fin) est pour ceux qui répondent à (l'appel) de leur Seigneur. Et quant à ceux qui ne Lui répondent pas, s'ils avaient tout ce qui est sur la terre, et autant encore, ils l'offriraient en rançon. Ceux-là auront le détestable rendement de compte et l'Enfer sera leur refuge. Quel détestable lit de repos !
0:00
0:00
Accès rapide

Pages de lecture

Pages d'écoute

Accès
rapide