Lire le Coran Rubu' Rubu' n°3 du Hizb n°24 (95e rubu' du Coran)

Rubu' n°3 du Hizb n°24

95e rubu' du Coran

De {S.12V.7} à {S.12V.29}

12. Yusuf ; 7 Il y avait certainement, en Youssouf (Joseph) et ses frères, des exhortations pour ceux qui interrogent,
12. Yusuf ; 8 quand ceux-ci dirent : « Youssouf (Joseph) et son frère sont plus aimés de notre père que nous, alors que nous sommes un groupe bien fort. Notre père est vraiment dans un tort évident.
12. Yusuf ; 9 Tuez Youssouf (Joseph) ou bien éloignez-le dans n'importe quel pays, afin que le visage de votre père se tourne exclusivement vers vous, et que vous soyez après cela des gens de bien ».
12. Yusuf ; 10 L'un d'eux dit : « Ne tuez pas Youssouf (Joseph), mais jetez-le si vous êtes disposés à agir, au fond du puits afin que quelque caravane le recueille. »
12. Yusuf ; 11 Ils dirent : « Ô notre père, qu'as-tu à ne pas te fier à nous au sujet de Youssouf (Joseph) ? Nous sommes cependant bien intentionnés à son égard.
12. Yusuf ; 12 Envoie-le demain avec nous faire une promenade et jouer. Et nous veillerons sur lui. »
12. Yusuf ; 13 Il dit : « Certes, je m'attristerai que vous l'emmeniez ; et je crains que le loup ne le dévore dans un moment où vous ne ferez pas attention à lui. »
12. Yusuf ; 14 Ils dirent : « Si le loup le dévore alors que nous sommes nombreux, nous serons vraiment les perdants. »
12. Yusuf ; 15 Et lorsqu'ils l'eurent emmené, et se furent mis d'accord pour le jeter dans les profondeurs invisibles du puits, Nous lui révélâmes : « Tu les informeras sûrement de cette affaire sans qu'ils s'en rendent compte. »
12. Yusuf ; 16 Et ils vinrent à leur père, le soir, en pleurant.
12. Yusuf ; 17 Ils dirent : « Ô notre père, nous sommes allés faire une course, et nous avons laissé Youssouf (Joseph) auprès de nos effets ; et le loup l'a dévoré. Tu ne nous croiras pas, même si nous disons la vérité. »
12. Yusuf ; 18 Ils apportèrent sa tunique tachée d'un faux sang. Il dit : « Vos âmes, plutôt, vous ont suggéré quelque chose ... (Il ne me reste plus donc) qu'une belle patience ! C'est Allah qu'il faut appeler au secours contre ce que vous racontez ! »
12. Yusuf ; 19 Or, vint une caravane. Ils envoyèrent leur chercheur d'eau, qui fit descendre son seau. Il dit : « Bonne nouvelle ! Voilà un garçon ! » Et ils le dissimulèrent (pour le vendre) telle une marchandise. Allah cependant savait fort bien ce qu'ils faisaient.
12. Yusuf ; 20 Et ils le vendirent à vil prix : pour quelques dirhams comptés. Ils le considéraient comme indésirable.
12. Yusuf ; 21 Et celui qui l'acheta était de l'Egypte. Il dit à sa femme : « Accorde lui une généreuse hospitalité. Il se peut qu'il nous soit utile ou que nous l'adoptions comme notre enfant. » Ainsi avons-nous raffermi Youssouf (Joseph) dans le pays et nous lui avons appris l'interprétation des rêves. Et Allah est souverain en Son Commandement : mais la plupart des gens ne savent pas.
12. Yusuf ; 22 Et quand il eut atteint sa maturité Nous lui accordâmes sagesse et savoir. C'est ainsi que nous récompensons les bienfaisants.
12. Yusuf ; 23 Or celle (Zulikha) qui l'avait reçu dans sa maison essaya de le séduire. Et elle ferma bien les portes et dit : « Viens, (je suis prête pour toi ! ) » - Il dit : « Qu'Allah me protège ! C'est mon maître qui m'a accordé un bon asile. Vraiment les injustes ne réussissent pas. »
12. Yusuf ; 24 Et, elle le désira. Et il l'aurait désirée n'eût été ce qu'il vit comme preuve évidente de son Seigneur. Ainsi (Nous avons agi) pour écarter de lui le mal et la turpitude. Il était certes un de Nos serviteurs élus.
12. Yusuf ; 25 Et tous deux coururent vers la porte, et elle lui déchira sa tunique par derrière. Ils trouvèrent le mari (de cette femme) à la porte. Elle dit : « Quelle serait la punition de quiconque a voulu faire du mal à ta famille, sinon la prison, ou un châtiment douloureux ? »
12. Yusuf ; 26 (Youssouf (Joseph)) dit : « C'est elle qui a voulu me séduire. » Et un témoin, de la famille de celle-ci témoigna : « Si sa tunique (à lui) est déchirée par devant, alors c'est elle qui dit la vérité, tandis qu'il est du nombre des menteurs.
12. Yusuf ; 27 Mais si sa tunique est déchirée par derrière, alors c'est elle qui mentit, tandis qu'il est du nombre des véridiques. »
12. Yusuf ; 28 Puis, quand il (le mari) vit la tunique déchirée par derrière, il dit : « C'est bien de votre ruse de femmes ! Vos ruses sont vraiment énormes !
12. Yusuf ; 29 Youssouf (Joseph), ne pense plus à cela ! Et toi, (femme), implore le pardon pour ton péché car tu es fautive. »
Accès rapide

Pages de lecture

Pages d'écoute

Accès
rapide